GRAINE Poitou-Charentes
Réseau d’éducation à l’environnement en Poitou-Charentes

Accueil > L’actualité en EE > Echos du réseau > Le CFEEDD auditionné par le Conseil Economique, Social et Environnemental

Le CFEEDD auditionné par le Conseil Economique, Social et Environnemental

mercredi 6 juillet 2011, par GRAINE Poitou-Charentes

|

En juin, le Conseil économique, social et environnemental a voté un avis sur la biodiversité en mettant un focus sur la mobilisation des acteurs : La biodiversité : relever le défi sociétal
L’ avis reprend quelques idées déployé dans la Stratégie Nationale de la Biodiversité mais fait la part belle à l’éducation et à la formation. (voir p .23/24). Roland Gérard (Co-président du Collectif français pour l’éducation à l’environnement et vers un développement durable - CFEEDD) a été auditionné par le CESE et des apports issus des assises nationales de 2009 ont été transmis.

A noter la Recommandation n° 7 du CESE : Accroître les efforts en faveur de l’éducation et de la formation

L’éducation et la formation aux enjeux du vivant sont des piliers indispensables et nécessaires de l’action publique pour sensibiliser la population aux problèmes environnementaux, lui permettre de mieux comprendre les mécanismes en marche, et d’agir de manière individuelle ou collective, en établissant le lien entre action individuelle et intérêt collectif. L’écologie doit être enseignée dans toutes les filières et faire partie du socle culturel commun donné à tous par le système éducatif.

Ces enjeux doivent également mobiliser le secteur de la formation professionnelle, initiale et continue. L’évolution de certains secteurs professionnels privés ou publics s’accompagne d’ailleurs d’une demande de formation de la part des personnels.

Le Cese recommande :
- de mieux mobiliser l’éducation nationale ;
- de faire évoluer les programmes scolaires et d’assurer la transversalité dans les différents enseignements pour permettre une meilleure compréhension des enjeux de la biodiversité ;
- d’intégrer la biodiversité ultramarine dans les programmes scolaires des jeunes français (métropolitains et ultramarins), au regard de son importance sur le plan national et international ;
- de renforcer le dialogue entre l’éducation nationale et l’ensemble des parties prenantes ;
- de veiller aux besoins de formation en particulier dans les disciplines scientifiques et pourvoir à affectation des enseignants ;
- de faciliter et de relancer l’organisation des « classes vertes » renommées « classes de nature », en lien avec les collectivités et le tissu associatif notamment ;
- d’effectuer une mobilisation dès la maternelle, le primaire et au collège, au moyen de mesures simples et relativement peu coûteuses comme la mise à disposition dans chaque école, d’un espace destiné à favoriser des projets « biodiversité » (plantations, nichoir...). Ce travail de sensibilisation peut être réalisé avec des bénévoles motivés ;
- de créer ou rendre obligatoire un module « enjeux de la biodiversité » dans tous les cursus de formation supérieure ;
- de faire un effort spécifique pour les formations agricoles (initiale, supérieure et continue) ;
- de développer les cursus permettant de répondre au manque de ressources dans certains secteurs (naturalistes, systématiciens, écotoxicologues, animateurs nature) ou métiers ainsi qu’en ingénierie écologique ;
- que les sciences de l’ingénieur et les formations à certains métiers comme ceux du bâtiment, des transports, de l’énergie... intègrent la biodiversité, de même que les plans de formation continue ;
- que les dirigeants des entreprises et les représentants du personnel (Ce et CHsCt) bénéficient de formations intégrant la biodiversité. Ces formations permettront en particulier de les éclairer sur les opportunités d’innovation mais aussi des conséquences de leur activité sur les ressources et les milieux naturels : risques pour la biodiversité, effets d’inaction à long terme sur l’entreprise et la société... ;
- de favoriser les rencontres entre écologues et acteurs de l’entreprise, afin qu’émerge une culture commune ;
- d’assurer l’ancrage territorial de cet effort d’éducation à la nature, grâce au développement des espaces territoriaux de concertation (ETC) pour l’éducation à l’environnement pour un développement durable (EEDD), au niveau départemental ou régional. Cette action sera conduite avec le soutien de l’espace national de concertation, notamment dans le but de définir et mettre en œuvre une stratégie nationale de l’EEDD. toutes les parties prenantes seront associées à
son élaboration.

Document en prêt au centre de documentation du GRAINE Poitou-Charentes.

Voir en ligne : Avis en ligne La biodiversité : relever le défi sociétal

Répondre à cet article

Site et Infolettre édités avec le soutien financier de la Région et de la DREAL Nouvelle-Aquitaine