GRAINE Poitou-Charentes
Réseau d’éducation à l’environnement en Poitou-Charentes

Accueil > L’actualité en EE > Echos du réseau > Le Conseil Economique, Social et Environnemental produit un avis et des (...)

Le Conseil Economique, Social et Environnemental produit un avis et des préconisations pour l’EEDD

jeudi 21 novembre 2013

Fin juin, le premier Ministre a saisi le Conseil Economique Social et Environnemental (CESE), afin que celui-ci éclaire les pouvoirs publics par un avis concernant les actions éducatives (hors système d’enseignement initial) en faveur de l’environnement et du développement durable.
La section "environnement" du CESE en charge de la préparation de cet avis a auditionné diverses "personnalités compétentes" et ouvert une plateforme pour recueillir les initiatives en faveur de l’EEDD.
Le projet d’avis a été validé à l’unanimité en plénière du CESE le 26 novembre dernier en présence du Ministre de l’Ecologie M. Martin.

Le courrier du premier Ministre posait clairement les enjeux : « Le gouvernement a fait de l’éducation et de la formation une priorité de son action. Dans un tel cadre, l’éducation à l’environnement doit accompagner cette ambition pour renforcer la capacité de notre société à mieux prendre conscience d’un destin commun planétaire, à comprendre les interdépendances entre les grands enjeux contemporains et à agir, individuellement comme collectivement, pour mener à bien la transition écologique ; celle-ci doit être comprise par chacun à la fois comme une condition nécessaire pour un développement soutenable et comme une opportunité d’adaptation des activités économiques à ces enjeux. ».
> Consulter le texte complet...

Les auditions et tables rondesJPEG
Afin de rédiger son rapport, le groupe de travail a auditionné diverses "personnalités compétentes" dont Michel Hortolan, Président de l’Institut de formation et de recherche en éducation à l’environnement (Ifrée) > Voir la vidéo et M. Jacques MORET, Recteur de l’Académie de Poitiers > Voir la vidéo
Voir l’ensemble des vidéos des auditions

Le projet d’avis, débattu par l’ensemble des membres du CESE, a été présenté sous sa version finale par le groupe de travail en séance plénière le 26 novembre 2013. Voir la synthèse.

En réponse le Ministre a prononcé un discours annonçant les premières mesures prises par l’Etat dont voici quelques extraits choisis :

Reconnaissance du rôle des acteurs de terrain et des réseaux
Je n’oublie pas que l’avis qui nous intéresse aujourd’hui est né d’une pétition citoyenne, qu’il a été ensuite le fruit des assises nationales du mois de mars dernier, et qu’en fin de compte il a été sollicité par le gouvernement de manière officielle.
/.../
Heureusement, nous ne partons pas de rien. Si l’éducation à l’environnement et au développement durable est un champ nouveau, complexe, faiblement investigué, je sais le rôle pionner, précurseur, des réseaux associatifs et leur action de mise en relation et de formation des acteurs.

Une définition de l’EEDD : émancipatrice, joyeuse, solidaire...
L’éducation à l’environnement et au développement durable est par nature émancipatrice. Elle développe l’esprit critique, elle éduque au choix et à la responsabilité, elle est ancrée dans l’environnement réel, et permet d’apprendre le sens des réalités, celui du bien commun.
/.../
Doté d’un capital de connaissances et de savoir-faire, chaque citoyen doit devenir l’acteur de l’amélioration de ses conditions de vie et l’initiateur d’un changement plus global. Outillé, averti, il est en capacité de participer à la définition des choix communs et à la défense des biens publics.
/.../
Sans éducation à l’environnement et au développement durable, il n’y a pas de dialogue possible entre les acteurs dans les territoires, qui est la méthode, ni de transition écologique, qui est l’objectif. L’éducation à l’environnement et au développement durable permet de faire vivre ce projet citoyen, un projet que nous voulons joyeux, solidaire, qui entrelace harmonieusement les trois cercles du développement durable, l’économie, le social et l’environnement.

Une EEDD multiforme, pour tous, par tous et inscrite dans les territoires
Ces actions d’information, de sensibilisation, d’éducation, de formation et de participation citoyenne, nous devons les inscrire au sein de toutes les politiques publiques et à chaque étape de l’éducation que celle-ci soit formelle ou informelle ;
- en direction de tous les publics, /.../ il ne s’agit pas de viser seulement les générations futures mais bien de conduire leurs parents et grands-parents à modifier leurs comportements dès maintenant ;
- sur tous les territoires et même surtout, sur les territoires c’est-à-dire là où se développent les solutions durables de mobilité, d’efficacité énergétique et de gestion des ressources qui les concrétisent et qu’elles nourrissent en retour. Elles impliquent le développement de projets multi-partenariaux et co-construits, entre les collectivités territoriales, les associations, les établissements publics, l’État, les centres de recherche et les entreprises.

Une perspective qui fait écho à nos préoccupations en Poitou-Charentes
Nous savons bien sûr qu’il nous faut aller plus loin :
- nous savons qu’il faut hâter l’état des lieux et la mise en synergie de toutes les démarches d’éducation à l’environnement et au développement durable, notamment en multipliant les espaces de concertation ;
- nous savons qu’il faut développer des offres de formation sur les enjeux de l’environnement et du développement durable pour les professionnels de l’éducation, de la jeunesse et de la formation. Nous savons aussi que nous devons enfin rattraper un retard français en matière de recherche sur ce sujet. Il y a des consensus, des enjeux partagés, mais il y a aussi des choix à faire, et des responsabilités à prendre, de la part des pouvoirs publics.

Des engagements concrets
Comme les rapporteurs, j’ai la volonté de porter et de faire partager une vision positive et entraînante de la biodiversité auprès du grand public, notamment en instaurant une journée nationale, puis je l’espère européenne, du patrimoine naturel.

Enfin, votre avis propose d’amplifier la mobilisation des acteurs publics, privés et associatifs. C’est bien sûr une orientation indispensable /.../ L’éducation à l’environnement et au développement durable sera bien intégrée aux prochains contrats de plan État – régions, puisqu’elle est au cœur de la transition écologique qui, elle-même, est un des cinq axes thématiques obligatoires des futurs contrats.

Notre pays vient d’être officiellement désigné pour accueillir la conférence sur le climat en 2015. /.../ Je souhaite qu’à cette occasion nous puissions mobiliser les efforts de tous pour qu’elle concerne tous les Français, et en particulier la jeunesse dont une partie de l’avenir se jouera là. Mais je souhaite que /.../ sur tout le territoire national, sa préparation, sa mise en œuvre, soient l’occasion d’ouvrir l’horizon de l’éducation à l’environnement et au développement durable, dans le monde du travail, auprès de nos concitoyens, dans nos villes et nos villages.

Le discours en intégralité
Le discours en vidéo

Répondre à cet article

Site et Infolettre édités avec le soutien financier de la Région et de la DREAL Nouvelle-Aquitaine