GRAINE Poitou-Charentes
Réseau d’éducation à l’environnement en Poitou-Charentes

Accueil > L’actualité en EE > Echos du réseau > Quatrième journée nationale de l’EEDD

Quatrième journée nationale de l’EEDD

Nous étions 92 participants mardi 19 mai, réunis au Chai de Bercy, très belle salle noyée dans la verdure et prêtée par la mairie de Paris.
Journée nationale de l’EEDD, organisée, une fois de plus, à la force du poignet, moyens financiers suffisants, grâce à l’implication de nos ami(e)s du collectif de l’EE francilien.

Chronique de Roland GERARD, Co-directeur du Réseau Ecole
et Nature et Co-Président du CFEEDD.

Nous étions 92 participants mardi 19 mai, réunis au chai de Bercy, très belle salle
noyée dans la verdure et prêtée par la mairie de Paris. Journée nationale de l’EEDD
organisée une fois de plus à la force du poignet, moyens financiers suffisants, grâce
à l’implication de nos ami(e)s du collectif de l’EE francilien.

L’éducation à l’ODJ de la COP

Lors de la table ronde du matin consacrée à la COP 21, nous avons pu entendre,
Aurore Brachet, responsable de l’action éducative au Conseil départemental du 93,
là où se trouve Le Bourget lieu de la conférence climat. La dynamique
départementale est très territorialisée et l’expression des jeunes est priorisée,
tout se passe dans la co-construction. Yves Reinkin, ancien député venu de
Belgique, a fait un point sur la démarche du collectif Paris éducation climat 2015.
Il dit que ça fait depuis le début des années 70, 45 ans que ça bouge, mais est-ce
que ça bouge à hauteur des enjeux ? « Les structures scolaires ne se sont pas
adaptées », « elles sont déconnectées ... disciplinaires... rien sur le corps, rien sur la
citoyenneté... ». Yves ressent une écoute de la part d’Aurélie Lorrain-Itty du
cabinet de Najat-Vallaud Belkacem. « Les choses avancent via la mise en place
d’un thématique day, une journée thématique sur l’éducation », « la France va
innover en mettant l’éducation à l’ODJ de la COP. »

Mise en mouvement

Michelle Jouhaneau représente le MEDDE. Elle dit que le ministère est « 
extrêmement mobilisé », que c’est « une année particulière », ils savent au MEDDE
que « l’EEDD est un élément fondamental de la mise en mouvement ». « La
démarche éducative est aussi essentielle que les mesures qui sont prises ». Elle
souligne « les échanges entre les différentes sphères d’acteurs pour tracer un
chemin commun », « les enjeux sont à la fois écologiques, économiques, culturels,
territoriaux, géostratégiques... c’est complexe ». Frédérique Resche-Rigon qui
anime la table ronde souligne que « mobilisation » vient de « mobile » mise en
mouvement.

La solution c’est de mobiliser

Juliette Rousseau de la coalition climat 21 nous fait l’historique. Au départ, ce sont
trois associations : ATTAC, RAC et CRID. Il y a maintenant 100 membres et ils
continuent d’arriver. Il y a de même « plusieurs centaines de partenaires à l’étranger ». Il y a de nombreuses actions les 30 et 31 mai. Les 26 et 27 septembre, 50 000 personnes sont attendues place de la République pour Alternatiba IdF. Le 29 novembre c’est la grande marche pour le climat à Paris.
Juliette rappelle l’échec de Copenhague, elle dit la « volonté de mobiliser », « la solution c’est de se mobiliser ». Pour l’UNESCO, Livia Saldari parle du « succès » de la décennie. « 66% des pays ont une stratégie pour l’EEDD », elle n’a pas dit si la France en faisait partie. Elle expose les grandes lignes du programme d’action global.

Éduquer autrement

Antonella Verdiani, présidente du printemps de l’éducation : « mouvement de la société civile qui œuvre pour valoriser des initiatives innovantes dans le domaine de l’éducation », « elle n’est pas là pour être contre l’éducation nationale ».
« Eduquer autrement c’est avoir en tête une vision écologique, avec un respect total de toutes les dimensions de l’enfant ». « la joie est un formidable moteur pour apprendre », « c’est possible d’éduquer dans la joie ». Elle parle du texte « ce qui nous réunit ».

Vers les quatrièmes Assises

La formule « auberge espagnole » a très bien fonctionné. Nous n’avons
manqué de rien et certains sont repartis avec les victuailles qui restaient dans leurs sacs.
Dominique Cottereau a répondu à la question : « Alors dans l’EEDD, quoi de
neuf Dominique ? ». Filmée, la réponse sera bientôt mise à la disposition de tous,
vous trouverez le texte de sa communication ci-dessous.
Les ateliers de l’après-midi ont permis l’expression de chacun et chacune. Les rapports des 4 ateliers ont aussi été filmés et seront mis en ligne.
Nous avons eu une journée très riche.
Nombreux sont ceux qui ont dit combien cela ressourçait de se retrouver comme ça, dans l’écoute et le respect. Nous pouvons dire que les choses se sont un peu
précisées pour les quatrième assises, le désir de s’impliquer était là.

Répondre à cet article

Site et Infolettre édités avec le soutien financier de la Région et de la DREAL Nouvelle-Aquitaine