GRAINE Poitou-Charentes
Réseau d’éducation à l’environnement en Poitou-Charentes

Accueil > Questions de fond > Le jeu : repères et controverses > Des jeux pour éduquer : un atelier du GRAINE sur le jeu en éducation à (...)

Des jeux pour éduquer : un atelier du GRAINE sur le jeu en éducation à l’environnement (Damien MARIE et Véronique BAUDRY)

jeudi 13 janvier 2011, par Damien MARIE, Véronique BAUDRY

|

Article extrait de la Lettre du GRAINE n°19, 2010.

Article de Damien Marie et Véronique Baudry (1)


Un atelier du GRAINE, c’est ...

Depuis 2002, le GRAINE Poitou-Charentes organise des ateliers thématiques et méthodologiques sous la forme de rencontres d’une journée (parfois un peu plus), entre divers acteurs concernés par la sensibilisation, l’éducation, l’environnement, pour un futur soutenable.

Les ateliers organisés par le GRAINE Poitou-Charentes permettent aux participants de diversifier les relations ; de se stimuler mutuellement ; de valoriser leurs expériences éducatives ; d’échanger des avis, des idées ; et d’élargir des champs de vision, d’action ou de partenariat.
Les sujets abordés, les démarches originales mises en œuvre et l’intérêt des participants font de ces ateliers des nouvelles voies, voire des galops d’essai pour la conception de nouveaux projets de stages de formation.

L’atelier« Des jeux pour éduquer »

Après avoir abordé les chantiers participatifs, la musique verte et bricolée, ou le livre comme outil d’éducation à l’environnement pour les jeunes, le GRAINE et ses adhérents ont choisi le thème du jeu.
Autour de trois structures adhérentes compétentes sur le jeu, le GRAINE a coordonné la rencontre et l’échange d’animateurs souhaitant intégrer le jeu dans leurs pratiques voire créer leur propre jeu.

Pendant ces ateliers, des documents en lien avec le thème sont mis à disposition des participants. Dans le cas de l’atelier sur le jeu, la totalité des jeux disponibles au GRAINE étaient présente (jeux sur l’environnement). Les partenaires avaient apporté leurs propres collections de jeux, ce qui, au final, représentait une somme considérable d’exemples.

De ces échanges, de ces témoignages et des tests de jeux, ressortent les idées-clés qui suivent.

Essayer de cerner les jeux en EE

Le jeu en éducation à l’environnement prend tout son intérêt comme point de départ et d’accroche à une discussion et à l’apport de connaissances. Les jeux de société sur l’environnement où le processus ludique est vraiment présent sont relativement rares. Il convient de distinguer :
- les jeux éco-conçus donc classés comme jeux écologiques, mais dont le sujet/l’histoire peut en être très éloigné,
- les jeux « documentaires » qui visent à amener des informations sur un sujet environnemental et permettent peu le plaisir de jouer (on apprend plus qu’on ne joue),
- les jeux édités dans le circuit commercial, qui utilisent de vrais mécanismes ludiques, mais ne s’intéressent pas aux problématiques environnementales, ou peu,
- les jeux créés par des éducateurs, adaptés à leur situation d’animation ou d’intervention, qui mélangent de l’apport de connaissances et du ludique.

Offrir des pistes pour les éducateurs et les animateurs

Parmi tous ces jeux, l’idéal est bien sûr de créer son jeu soi-même en s’inspirant de sa propre pratique du jeu en général et des mécanismes 2 ludiques repérés au cours de celle-ci.
Il est possible d’adapter des jeux existants et leurs règles, de reprendre les mécanismes.
L’idéal serait que les animateurs-éducateurs deviennent des Joueurs et jouent souvent, au plus grand nombre de jeux variés possibles, à visée environnementale ou non, pour rebondir sur leur propre plaisir de jouer et pour l’intégrer dans une situation éducative.
En éducation à l’environnement, le jeu n’a pas à être considéré comme un objet de transmission de savoir mais plutôt comme un support à une approche pédagogique parmi d’autres (le sensoriel, l’artistique, l’imaginaire...).
Par le jeu, on installe le public dans un contexte de plaisir, favorable à l’apprentissage, la transmission de savoirs se fera dans un deuxième temps (par exemple, un jeu mettant en scène des abeilles en tant que personnages ou pions peut servir d’accroche à un temps d’apport et d’information sur le rôle des abeilles et sur la pollinisation en danger).

Aussi, l’animateur-éducateur doit déterminer dès la préparation de son intervention ce qu’il va faire du jeu choisi. Son intention pédagogique initiale (parler des énergies, cf exemple de la Maison du Marais poitevin ), l’amène à choisir une activité ludique (l’expérience du jeu, de la manipulation, la dynamique de groupe, des émotions...) qu’il analyse et exploite : comment les joueurs ont-ils vécu la partie ? qu’est-ce que la séquence de jeu leur évoque par rapport à la vie réelle (analyse et prise de conscience d’enjeux) ? Et comment peuvent-ils agir dans le réel... ?

____
1 GRAINE Poitou-Charentes
2 Voir sur le site du GRAINE Poitou-Charentes, un travail poussé réalisé par Benoît Christen à l’occasion du stage du programme Ifrée sur le jeu (2008) : « La taxonomie des mécanismes de jeu »

Répondre à cet article

Site et Infolettre édités avec le soutien financier de la Région et de la DREAL Nouvelle-Aquitaine