GRAINE Poitou-Charentes
Réseau d’éducation à l’environnement en Poitou-Charentes

Accueil > Questions de fond > Le jeu : repères et controverses > Le jeu Planète…Horizon 2050, édité par Orcades en 2008

Le jeu Planète…Horizon 2050, édité par Orcades en 2008

jeudi 13 janvier 2011, par ORCADES

|

Article de Fanny GIMENO (1)


Contexte :
ORCADES (2) est une association d’Éducation au Développement et à la Solidarité Internationale (EADSI). L’une de ses missions porte sur la création d’outils pédagogiques. En 2007, l’association décide de travailler sur la conception d’un jeu de société autour du thème « changements climatiques ».

Objectifs pédagogiques :
Aborder, manipuler et s’approprier différents paramètres concernant les changements climatiques : énergies, gaz à effet de serre, activités humaines, risques et vulnérabilité, etc.
Permettre aux joueurs de réfléchir aux enjeux des changements climatiques en abordant ce thème sous l’angle de la Solidarité Internationale.
Susciter les échanges et la coopération entre joueurs.

Contraintes :
Privilégier un jeu de stratégie coopératif et non pas un jeu de l’oie (où il y a peu de choix en termes d’actions pour les joueurs), ni un jeu de « questions-réponses » (qui privilégie la connaissance et non la réflexion).
Concevoir un jeu qui puisse être utilisé plusieurs fois : les parties ne doivent donc pas être toujours identiques.
Le jeu nécessite un temps d’exploitation après la partie.

Présentation du jeu :
Le plateau de jeu : une planète imaginaire sur laquelle les joueurs installeront des pions POPULATIONS, des pions RICHESSES, des pions FORÊTS. Tout autour de cette planète, une échelle graduée avec un marqueur qui se déplace, mesurant les émissions de gaz à effet de serre.
Des cartes ÉNERGIE et des cartes ÉVÈNEMENTS CLIMATIQUES.
Public : à partir de 12 ans.
Nombre de joueurs : de 1 à 10.
Durée d’une partie : 1 à 2h.

Déroulement de la séance :
Introduction de la séance et explication des règles avec une installation des différents pions sur le plateau de jeu.
Déroulement de la partie en plusieurs tours de jeu.
Fin du jeu : gagné ou perdu.
Temps d’exploitation à partir des pistes de discussion identifiées pendant la partie par l’animateur.

Limites du jeu :
Dans l’objectif de conserver l’intérêt ludique du jeu, le choix a été fait de simplifier certains éléments. Aussi, la question des énergies renouvelables est « symbolisée » par le mot « éolienne » et la question du nucléaire n’est pas abordée.
Les déplacements de populations et les conflits liés aux conséquences des changements climatiques n’apparaissent pas directement dans le jeu mais peuvent être abordés après la partie dans la phase d’exploitation du jeu.
La notion de « richesse » nécessite également un temps de discussion après le jeu afin de préciser ce qu’elle englobe.

Intérêt éducatif du jeu :
Les changements climatiques nous sont souvent présentés par des scientifiques, des climatologues, des experts... Et si, avant de recevoir des explications, des théories, des connaissances, nous nous posions des questions ? Ce jeu est là pour ça : interpeller les joueurs, susciter des interrogations.

Le jeu Planète… Horizon 2050 est construit sur le principe de la coopération : le groupe de joueurs, regroupés dans une seule et même équipe, poursuit un objectif commun. Pour gagner ensemble, ils devront discuter et argumenter leurs choix de stratégie, écouter et prendre en compte les idées de chacun et se mettre d’accord sur des actions à mettre en place dans le jeu. «  Coopérer, c’est construire ensemble »… Les joueurs réfléchissent donc collectivement pour créer et inventer différentes manières de jouer. Le plaisir est alors dans l’échange et la confiance que permet le jeu : il n’y aura pas un perdant écrasé par les autres mais bien une équipe ayant partagé un bout de chemin ensemble…

Ce jeu n’est pas un jeu de connaissance ou de hasard mais bien un jeu de stratégie qui repose sur la participation active et l’implication des joueurs.

Les changements climatiques sont, par le biais de ce jeu, abordés sous l’angle des questions de solidarité internationale. Les joueurs seront confrontés aux déséquilibres mondiaux et pourront aborder la question de la dette climatique du Nord vis-à-vis du Sud. Ils pourront s’interroger sur les inégalités et les exclusions dans le monde en constatant que les populations les plus pauvres sont aussi les plus vulnérables. Enfin ils « vivront » à travers le jeu les interdépendances et les liens entre les populations dans le monde en visualisant que « ce que je fais ici a un impact sur l’ensemble de la planète ».

Ce jeu peut être utilisé comme une première étape d’un travail plus ciblé sur un aspect qui ne sera qu’évoqué au cours de la partie. Il ne cherche pas à donner des solutions mais bien à ouvrir des pistes de réflexion. Aux enseignants, animateurs, éducateurs, parents d’en faire un outil ressource pour donner envie de comprendre, réfléchir soi-même, et finalement peut-être... agir.g


1 Chargée d’éducation au développement et à la solidarité internationale
2 Orcades a fusionné avec HumanoPole en 2009 pour devenir Kurioz : http://www.kurioz.org

Répondre à cet article

Site et Infolettre édités avec le soutien financier de la Région et de la DREAL Nouvelle-Aquitaine